Chronique JuriGeek #7 – Loi du 03 août 2018 & Cyberharcèlement en groupe

Faisant suite à la création de l’article 222-33-2-2 du Code Pénal en 2014, la loi du 03 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, consacre la lutte contre le cyberharcèlement en palliant à la difficulté de punir tous les acteurs d’un cyberharcèlement en groupe ou d’un raid numérique.

Bien que le cyberharcèlement soit en effet pénalisé depuis 2014, il était difficile de lutter contre tous les auteurs d’une action de groupe, action qui est pourtant la forme la plus fréquente lorsqu’il s’agit de ce type d’harcèlement.

L’article 11 de la  LOI n° 2018-703 du 3 août 2018 – publiée au Journal officiel du 5 août 2018 – renforce l‘article 222-33 du code pénal grâce à l’ajout de trois alinéas ainsi rédigés :

« L’infraction est également constituée :
« 1° Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime par plusieurs personnes, de manière concertée ou à l’instigation de l’une d’elles, alors même que chacune de ces personnes n’a pas agi de façon répétée ;
« 2° Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime, successivement, par plusieurs personnes qui, même en l’absence de concertation, savent que ces propos ou comportements caractérisent une répétition. » ;

2° Le III du même article 222-33 est complété par un 6° ainsi rédigé :
« 6° Par l’utilisation d’un service de communication au public en ligne ou par le biais d’un support numérique ou électronique
. »

De la même manière, après le premier alinéa de l’article 222-33-2-2, sont insérés trois alinéas ainsi rédigés :

« L’infraction est également constituée :
« a) Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime par plusieurs personnes, de manière concertée ou à l’instigation de l’une d’elles, alors même que chacune de ces personnes n’a pas agi de façon répétée ;
« b) Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime, successivement, par plusieurs personnes qui, même en l’absence de concertation, savent que ces propos ou comportements caractérisent une répétition
. » ;
Le 4° du même article 222-33-2-2 est complété par les mots : « ou par le biais d’un support numérique ou électronique » ;

La nouvelle loi stipule donc que tous les participants à un acte de cyberharcèlement peuvent être condamnés au même titre que l’auteur principal, et ce, même si cela ne concerne que quelques mails ou tweets, quelques statuts Facebook ou quelques messages sur les forums. L’étendue de l’implication n’est donc plus un critère, ceci au profit de la seule participation, dès lors qu’il est prouvé que le participant savait que son action caractérisait une répétition pour la victime.

Les individus reconnus coupables peuvent être condamnés – comme l’auteur principal – à des peines allant jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende. Reste à voir dans quelle mesure les juges vont utiliser ce nouvel outil juridique.

Cette mesure radicale peut sans doute sembler excessive, mais face à des individus qui se déresponsabilisent de plus en plus parce qu’ils sont faces à un écran, il semble malheureusement inévitable d’en arriver à une extrémité, où afin de faire prendre conscience de la gravité de ses actes, il faille condamner sans tenir compte de l’étendue de l’implication d’un seul individu…

Et vous, pensez-vous que cela soit justifié ?

En savoir plus :

Clinique juridique de paris : workshop sur le cyberharcèlement

Non au harcèlement site officiel de l’Education Nationale

Réseau d’écoute des cyberharcelés au n° 08 200 000 net écoute ou numéro vert 3020.

Rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les Hommes et les Femmes du 16/11/2017.

Harcèlement en ligne sur Service Public.fr

Les Chroniques de Mother Brain #6 – Protéger ses données personnelles

Puisque ce n’est pas le tout de répéter qu’il faut protéger ses données personnelles il est temps d’aborder le comment après avoir expliqué le pourquoi dans notre épisode #3 des Chroniques de Mother Brain.

Je ne vais pas vous vendre du rêve puisqu’il s’agit surtout de limiter les fuites plutôt que de les éviter complètement, tant nous sommes aujourd’hui traqués via nos smartphones, nos cartes bancaires, nos tablettes et nos ordinateurs.

Lire la suite

Chronique JuriGeek #5 – Le cyberespace et les nouveaux enjeux de la sexualité

Si la cybersecurité est l’un des enjeux majeurs du 21ème siècle elle ne concerne pas uniquement le piratage de nos données personnelles ou professionnelles. Avec l’expansion de la réalité virtuelle ou augmentée c’est l’individu lui-même qui entre dans un nouvel espace qui devra à un moment ou à un autre être régulé afin d’éviter les débordements.

Lire la suite

Les chroniques de Mother Brain #3 – Internet et empreintes numériques

Pour ce troisième opus des diatribes d’une mère qui tente de rester connectée, je ne vais finalement pas vous reparler des réseaux sociaux mais plutôt de l’internet et de son fonctionnement.

Alors que le débat fait rage autours des lois liberticides du net et de l’exploitation de nos données personnelles, dans l’indifférence générale la plus totale de notre société soit dit en passant, la question se pose justement de l’éducation des internautes comme d’une question de sécurité civile.

Lire la suite

Chronique JuriGeek #4 – De la responsabilité d’un retweet

Faut-il sanctionner le retweet au même titre que le tweet initial ?

Dans le cadre de ses chroniques vidéo Au Tribunal de l’Internet !, le site Le Point ouvre le débat sur de nombreuses questions intéressantes posées par l’évolution de nos habitudes de consommation du net en général et des réseaux sociaux en particulier.

Lire la suite

Chronique JuriGeek #3 – Le notariat et la révolution numérique

Le Notariat précurseur dans la gestion des données

Avec le buzz actuel provoqué par l’uberisation et la transformation numérique à tout va, l’on pourrait croire que les professions juridiques sont en passe de disparaître ou de muter en robot dans les 6 prochains mois. Ce ne sera pas le cas.

Lire la suite