Oups, i did it again (J’ai rejoué à WoW)

Blizzard a gagné son pari : ressortir pour les 15 ans de World of Warcraft la version « vanilla » de sa licence emblématique et rameuter une communauté de vétérans et de curieux plus impressionnante que lors de la sortie du jeu fin 2004.

Sortie le 27 août dernier dans le sang et les larmes – serveurs surchargés, file d’attente de 9 heures, surpopulation des zones débutants qui se battent pour le moindre loup – World of Warcraft Classic surfe sur la vague du vintage et du old school, tirant la larmichette des vieux briscards du mmorpg qui se remémorent leurs souvenirs de guerre au détour du Moulin de Tarren, d’un murlock agressif ou du premier nommé élite de la zone.

C’est moche, aride et difficile mais ça fleure bon l’effort et la genèse des hard core gamers.

Pour les plus jeunes, c’est enfin avoir l’honneur de fouler les terres d’un Azeroth vierge, de cette fameuse terre promise dont on leur rabat les oreilles sur les canaux publics de WoW depuis des années comme étant l’essence du vrai mmorpg, celui qui forge les cœurs et les guerriers et, accessoirement, leur apprend à jouer leur classe …

C’était mieux avant

La sortie de WoW Classic a ravivé la flamme latente de l’indémodable débat sur l’évolution des jeux vidéos et de l’éternelle question des « vrais joueurs » versus « les casu ».

Une chose est certaine, pour avoir moi aussi refoulé les terres de WoW vanilla, c’était clairement un apprentissage à la dure : Leveling long et punitif, coût exorbitant des sorts et des compo, drop rating de 0,000000001%, allers-retours débilitants, stuff inexistant… Clairement j’avais oublié cet aspect du mmorpg depuis la pléthore de jeux modernes qui ont suivi WoW et ont choisi de s’adapter à une communauté plus diversifiée que celle dites des « nolife », en facilitant l’accès et l’exploration des jeux.

D’ailleurs, si l’on veut vraiment parler histoire, WoW avait déjà fait la même chose en comparaison avec ses ancêtres, T4C, Dark Age Of Camelot ou Everquest, qui resteront sans nul doute les plus arides et demandeurs en terme d’implication et de temps de tous les mmorpg.

A l’époque, World of Warcraft était considéré comme le mmorpg le plus accessible, jouissant en plus d’une certaine aura grâce à ses autres licences (Starcraft, Warcraft), lui permettant ainsi d’éclipser le pourtant fantastique Everquest 2 sorti quasiment au même moment (moi partiale ? quelle idée).

Alors même si WoW Classic semble aujourd’hui clairement rébarbatif, c’est pourtant ce jeu qui a popularisé les mmorpg, lançant alors une multitude de boîtes de production dans la course à la poule aux œufs d’or. Même si l’on sait aujourd’hui qu’il n’y avait finalement de la place que pour une seule poule et que l’hégémonie de Blizzard a fini par tuer le marché.

Nostalgeek

L’effet mode et nostalgie durera t’il dans le temps une fois les premiers émois passés ? Difficile de répondre à cette question mais il est certain que ce retour aux sources a ravivé la flamme de la joueuse qui sommeillait en moi, et j’ai ressenti une indéniable satisfaction à retrouver les vieux réflexes techniques et tactiques qui sont superflus dans la majorité des mmo actuels.

En solo et même en groupe en fonction des situations, il y a un challenge indéniable à relever, nécessitant de maîtriser sa classe et ses mouvements. Même si ce challenge est au final créé mécaniquement par un système de jeu aride, old school et techniquement limité il n’en reste pas moins intéressant. Toutefois, le fait que les premiers first kills aient eu lieu moins d’une semaine après la sortie démontre que même avec d’anciennes mécaniques de jeu, WoW n’est de toute façon plus un défi pour les grosses guildes spécialisées en contenu haut level. Les classes et stratégies sont connues, et les joueurs ne sont plus les premiers colons défricheurs de 2005.

N’ayant pas fait de raids dans WoW depuis la sortie de Burning Crusade je ne saurais dire si il existe encore un réel challenge dans le jeu, mais pour avoir également rejoué à WoW BFA à bas niveau afin de comparer les deux versions, il est clair que toute notion de prudence ou de challenge a entièrement disparue au niveau du levelling et des donjons « normaux ». On est plutôt au niveau de la chasse au bébé phoque…

Au bout d’une semaine passée sur WoW Classic, j’ai également pu constater que les vieux réflexes de la communauté avaient refait surface et l’effet bisounours et entraide est en train de sérieusement s’écailler. Le ton des débats et discussions sur les canaux publics est monté d’un cran, ça « stealth » le moindre mob ou compo à tout va et les recherches de groupes exigent déjà du level max et stuffé pour « rush » les donjons bas levels…

Est-ce pour autant dû à la communauté actuelle comparativement à celle de 2004 ? Pas vraiment en fait. Ces comportements en jeu ne datent pas des dernières extensions de WoW et la communauté des mmorpg a toujours connu ce genre d’aléas agaçants, même si la proportion d’indésirables est forcément plus tangible dans un jeu comptant autant de joueurs, que dans un autre où la population est plus restreinte.

Ceci n’empêche toutefois pas l’existence d’une réelle entraide en jeu où les groupes se font et se défont au rythme des quêtes – avec plus ou moins de réels échanges sociaux – où les vétérans répondent – plus ou moins sympathiquement – aux questions posées sur les canaux publics et où vous trouverez relativement facilement – ou contre quelques pièces – quelqu’un pour vous filer un coup de mains ou vous crafter quelque chose. Mais au final, rien de vraiment différent de ce que l’on peut trouver sur n’importe quel autre mmo moderne.

Poudre de perlimpinpin

J’ai ainsi répondu avec un certain plaisir à l’appel de WoW Classic et de sa parure vintage et graphiquement insultante.

J’ai parcouru quelques contrées et continents – « 3 kilomètres à pieds ça useuh, ça useuuh ! » – démolis un paquet de pauvres mobs – qui me l’ont d’ailleurs chèrement fait payer – pleuré avec mes compagnons devant le prix des réparations – nombreuses – et des sorts de classe exorbitants, ragé face à la sanction immédiate d’un repop au mauvais moment et au mauvais endroit, reroll deux trois fois pour tester les zones et les classes, pris ma claque en pick up aux Mortemines pour la gloire avec un disband de groupe agacé au premier wipe

Toutefois, au bout d’une semaine et des poussières de jeu, l’effet nostalgie s’est estompé et il ne reste alors plus qu’un jeu aux mécaniques éculées, aux graphismes et animations dépassées et au contenu de levelling sans réel intérêt, les quêtes « fedex » étant plus là pour masquer le grind obligatoire de chaque zone mécaniquement créé par un drop rate en mort clinique. N’ayant ni le temps ni l’envie de m’investir dans une guilde HL pour refaire les raids, mon petit mois d’abonnement sera largement suffisant pour satisfaire ma curiosité.

N’en reste pas moins que Blizzard a réussi un coup marketing indéniable en ravivant une vieille flamme et en faisant revenir les « vieux » joueurs de la première heure. Pour ma part, ce voyage dans le temps m’a juste rappelé que le mmorpg était mort et que j’avais sans doute autant vieilli que World of Warcraft…

Nota lexique rapide :

  • Vanilla : terme employé dans le domaine du jeu vidéo pour désigner un modèle de jeu qui est devenu une référence classique/standard.
  • Casu/casual : joueur occasionnel par opposition au Hard Core Gamer : désignant généralement un joueur très investi dans un jeu et participant à son contenu le plus difficile.
  • Levelling (ou leveling) : pratique consistant à augmenter le niveau de son personnage afin de devenir plus fort (= passer des levels/niveaux)
  • Drop rate : taux de drop, pourcentage auquel un item a une chance d’être trouvé par un joueur.
  • Stuff : équipement du personnage joueur
  • Grind : Désigne l’action d’un joueur (ou le joueur en lui-même) qui répète inlassablement une action particulière afin d’obtenir un avantage pour son personnage.
  • Repop : réapparition des monstres après leur mort
  • Mob : désigne les créatures contrôlées par le jeu.
  • Pick up : groupe créé par des joueurs ne se connaissant pas ou n’appartenant pas à la même guilde.
  • Wipe : lorsqu’un groupe ou un raid entier meurt en combat.
  • HL : Haut level (désigne le niveau maximum du jeu et des joueurs)
  • Reroll : créer un nouveau personnage en parallèle d’un autre.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s